L’Union Européenne, soumise aux lobbies de l’agroalimentaire

Publié le 21 décembre 2016

Nina Holland travaille pour le CEO (Corporate Europe Observatory), une ONG qui fait des campagnes politiques pour lutter contre le lobbying des grandes entreprises de l’agroalimentaire.

Institutions

 

Au 26 rue d’Edimbourg à Bruxelles, se situe un immeuble un peu spécial  : c’est l’espace Mundo-b, un bâtiment éco-rénové où sont regroupées des organisations et des entreprises actives dans le secteur du développement durable et de l’environnement. Huit salles de réunion, un restaurant bio et deux jardins offrent un cadre de travail agréable. Nous y discutons d’OGM (organismes génétiquement modifiés), d’emballages, de leurs conséquences pour l’environnement et des risques sanitaires qu’ils peuvent engendrer. 

Sources photographiques

Au sein de l’UE, la loi stipule que les aliments d’origine OGM doivent être étiquetés pour informer le consommateur
Au sein de l’UE, la loi stipule que les aliments d’origine OGM doivent être étiquetés pour informer le consommateur
Le bâtiment Mundo-B accueille un très grand nombre d’organisations engagée dans la défense de l’environnement
Le bâtiment Mundo-B accueille un très grand nombre d’organisations engagée dans la défense de l’environnement
Les aliments issus de l’agriculture biologique sont souvent plus chers à l’achat mais ceux issus de l’agriculture intensive conventionnelle, ont un autre coût environnemental et sanitaire
Les aliments issus de l’agriculture biologique sont souvent plus chers à l’achat mais ceux issus de l’agriculture intensive conventionnelle, ont un autre coût environnemental et sanitaire
Nina Hollande travaille pour le CEO, Corporate Europe Observatory
Nina Hollande travaille pour le CEO, Corporate Europe Observatory
Au sein de l’UE, la loi stipule que les aliments d’origine OGM doivent être étiquetés pour informer le consommateur
Le bâtiment Mundo-B accueille un très grand nombre d’organisations engagée dans la défense de l’environnement
Les aliments issus de l’agriculture biologique sont souvent plus chers à l’achat mais ceux issus de l’agriculture intensive conventionnelle, ont un autre coût environnemental et sanitaire
Nina Hollande travaille pour le CEO, Corporate Europe Observatory

Sources sonores

  • Comment peut-on savoir quels aliments contiennent des OGM ?

  • Quels sont les avantages et les inconvénients des OGM pour les consommateurs ?

  • Comment les scientifiques produisent-ils des OGM ?

  • Est-ce que les pays européens soutiennent ou empêchent l’utilisation excessive des OGM ?

  • Comment expliquer la réticence des consommateurs européens vis à vis des OGM ?

  • Si on n’utilisait pas les OGM, est-ce que les produits seraient plus durables ?

  • On parle souvent du suremballage, quels sont les inconvénients des emballages alimentaires ?

  • Y a-t-il des risques dans les thés en sachets, si oui pourquoi ?

  • Si la chimie alimentaire n’était pas présente dans notre vie quotidienne, quels seraient les avantages ?

  • Y a-t-il des lois encadrant les pesticides en Europe ?

  • Pensez-vous que l’UE est trop faible vis à vis des lobby de l’agroalimentaire ?

  • Question bonus : Vous fonctionnez aussi comme une sorte de lobby, n’influencez-vous pas les phases de négociation ?