5 choses surprenantes quand on débarque au Vietnam

Publié le 2 janvier 2017

Xin chào les globe-reporters ! Je suis bien arrivée à Hanoï. L’aventure « Objectif Vietnam » peut commencer ! Voici ce qui m’a le plus surprise…

Carnet de route

Regardez la première vidéo au bas de l’article avant de lire ce texte !

1/ Les scooters
À Hanoï, presque tout le monde circule en scooter ! Il y a même des parkings à scooters, et presque pas de voitures. Les Vietnamiens sont parfois à deux, trois, quatre… voire cinq sur un scooter ! La voiture coûte trop cher, et c’est moins pratique. Du coup, les gens circulent souvent avec beaucoup de marchandises sur leur scooter, car ils l’utilisent aussi pour faire les courses.

Je suis arrivée à 7h du matin dans ce pays que je ne connais pas. Voici l’une des premières photos que j’ai prises. Surprenant, non ? (photo retouchée avec Instagram)
 

2/ La pollution
Conséquence : il y a beaucoup, beaucoup de pollution ! Presque tous les Vietnamiens portent un masque. D’ailleurs, j’ai dû en acheter un aussi, pas le choix. Pour 45.000 dongs, soit environ 2 euros.

Mon nouvel accessoire à Hanoï. Indispensable !

3/ La nourriture
D’accord, ce n’est pas surprenant, mais c’est vraiment un élément fort de la culture vietnamienne : la nourriture est succulente. Si vous voulez goûter un seul plat, c’est le Phở, une soupe dans laquelle on mélange des nouilles, des herbes, de la viande. Attention, les nouilles ne ressemblent pas aux spaghettis que vous mangez. C’est plutôt une pâte blanche, mais c’est délicieux.

⇨ Regardez la vidéo au bas de l’article ! J’ai fait une dégustation pour vous !

J’ai aussi goûté au Bánh mì chảo. C’est une sorte de ragoût de viande avec des herbes et un œuf au plat. On mélange tout ça avec du pain (le Banh Mi, un mot qui vient de « pain de mie »). Divin ! Et le tout pour 20.000 dongs, soit un euro à peu près.

Le Vietnam vaut le détour donc, rien que pour la nourriture. Mais attention : les Vietnamiens n’aiment pas le sucré ! Ils mangent des nouilles au réveil, et il n’y a pas de chocolat au supermarché ! Moi qui adore le chocolat et en mange tous les jours en France, ça m’a fait un petit choc, j’avoue.

Au supermarché, on trouve beaucoup de nouilles et des poissons vivants. Mais pas de chocolat !

4/ Les petits tabourets en plastique
Les plus jeunes d’entre vous s’assoient sur des petits sièges pour jouer ou à l’école. Et bien, au Vietnam, tout le monde utilise des chaises d’enfant, chez soi ou pour manger dans la rue ! Surprenant la première fois, et trop mignon. On est assez à l’aise dessus. C’est facile à transporter, et surtout très peu cher, par rapport à une chaise.

Pas facile de manger proprement sur ces toutes petites chaises ! Crédit photo : Hao Tran

5/ La barrière de la langue
Je savais que de moins en moins de Vietnamiens parlent français, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit si difficile de communiquer avec eux, même en anglais. Beaucoup de personnes, sur les marchés, dans les magasins, ou les chauffeurs de mototaxi ne parlent pas anglais. C’est très compliqué de se faire comprendre. Plusieurs d’entre vous m’avaient suggéré des solutions lors de mes interventions dans vos classes : utiliser l’outil de traduction Google Translate, parler avec les mains, et même faire des dessins ! J’ai tout essayé, c’est parfois très compliqué. Heureusement, un ami vietnamien, Hao, avec qui j’ai étudié à l’école de journalisme, il y a 10 ans. Il m’aide et traduit pour moi parfois, car il est parfaitement bilingue en français.

Le chauffeur de taxi « Grab », une compagnie similaire à Uber en France, qui permet de trouver un taxi moto ou un taxi voiture avec son smartphone. Ce chauffeur ne parle pas anglais, n’a pas trouvé l’adresse à laquelle je devais me rendre pour une interview et n’a pas compris ce que je voulais lui dire. Il a dû appeler Hao qui lui a fait la traduction.

Le coiffeur dans la rue

Il n’oublie pas son masque !
D’après vous, qu’est-il écrit sur la pancarte ?

(Réponse : interdiction de faire pipi !)

Sources vidéo

Première journée au Vietnam

Séquence dégustation

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Fondation SNCF
  • Ambassade de France au Vietnam
  • Institut Français du Vietnam