J’ai visité la cache d’un combattant Viet Cong au Sud Vietnam

Publié le 2 février 2017

En 1968, Tran Van Lai fabriquait des rideaux à Saigon, dans le Sud Vietnam, soutenu par les Américains. En apparence. Il cachait en fait des armes pour les combattants en faveur du Nord-Vietnam. J’ai visité sa maison avec Stéphane, un Français d’origine vietnamienne qui vit à Hô Chi Minh Ville.

Carnet de route

"Tu veux faire une visite qui sort des sentiers battus ?" Stéphane est fondateur de l’agence Nam Viet Voyage. Ce Français, parisien d’origine vietnamienne, vit aujourd’hui à Hô Chi Minh Ville. "C’est le nom administratif, on dit encore Saigon ici", glisse-t-il.

Je l’ai rencontré au musée d’Histoire de la ville où il profitait des congés du Têt pour venir voir un spectacle de marionnettes sur l’eau, une tradition vietnamienne, avec ses enfants Laeticia, 4 ans, et Lucas, 7 ans.

Évidemment, je suis partante pour faire découvrir de nouveaux lieux aux globe-reporters ! Stéphane m’emmène donc dans la maison de Tran Van Lai, un fabriquant de rideaux pour le Palais présidentiel, qui a profité de ce statut pour participer à l’offensive du Têt en 1968. Car dans sa maison, il cachait des armes ! 

Reprenons. En 1968, c’est la guerre du Vietnam : le pays combat les Etats-Unis. "C’était plutôt une guerre civile entre le Nord, aidé par la Chine et l’URSS, et le Sud du pays, soutenu par les Etats-Unis", analyse Stéphane.

Tran Van Lai vient alors du Nord et vit à Saigon (actuelle Ho Chi Minh), dans le Sud. Il est en fait un Viet Cong (vietnamien communiste) et entre en "résistance" en fournissant des armes aux opposants du régime du Sud, soutenu par les Etats-Unis. L’attaque contre le Palais présidentiel, pendant l’offensive du Têt, est partie de chez lui !

Ce système de "caches" n’était pas réservé aux armes. Les tunnels de Cu Chi (un des 5 districts suburbains de Hô-Chi-Minh-Ville), évoqués par Stéphane dans ses explications, étaient un réseau de tunnels où se cachaient les résistants Viet Congs durant la guerre. A la fin du conflit, le réseau souterrain faisait plus de 250 km de long et a joué un rôle décisif dans la guerre contre les Américains. 

Nous avons visité sa maison, où Tran Van Lai cachait des armes.

Regardez la vidéo et écoutez l’interview de Stéphane !

Sources photographiques

Tran Van Lai dans sa cachette, où il cachait des armes pendant la guerre du Vietnam contre les Américains.
Tran Van Lai dans sa cachette, où il cachait des armes pendant la guerre du Vietnam contre les Américains.
Aujourd’hui, les touristes visitent sa maison.
Aujourd’hui, les touristes visitent sa maison.
Votre envoyée spéciale en plein travail. C’est Amandine, une amie savoyarde en vacances au Vietnam, qui a pris la photo. Merci Amandine !
Votre envoyée spéciale en plein travail. C’est Amandine, une amie savoyarde en vacances au Vietnam, qui a pris la photo. Merci Amandine !
Stéphane vous fait visiter le lieu !
Stéphane vous fait visiter le lieu !
Tran Van Lai dans sa cachette, où il cachait des armes pendant la guerre du Vietnam contre les Américains.
Aujourd’hui, les touristes visitent sa maison.
Votre envoyée spéciale en plein travail. C’est Amandine, une amie savoyarde en vacances au Vietnam, qui a pris la photo. Merci Amandine !
Stéphane vous fait visiter le lieu !

Sources sonores

  • Quel rôle a joué Tran Van Lai dans l’offensive du Têt ?

Sources vidéo

Stéphane vous fait visiter le lieu !

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Fondation SNCF
  • Ambassade de France au Vietnam
  • Institut Français du Vietnam