"L’architecture coloniale française fait partie du patrimoine vietnamien"

Publié le 10 janvier 2017

Thai Huyen NGUYEN a étudié en France, à Bordeaux. Aujourd’hui, cette enseignante encadre des Vietnamiens francophones mais aussi des Français venus étudier au Vietnam qui rêvent de devenir architectes. Elle revient sur l’histoire de l’architecture française au Vietnam pour les globe-reporters du lycée Erik Satie, à Paris, ainsi que pour Sinaly, Fanta, Mamou, Eva du collège Maurice Utrillo dans le 18e à Paris.

Culture et francophonie

Je retrouve Thai Huyen Nguyen à l’université d’architecture, où elle enseigne. Cette chercheuse francophone possède une longue, très longue carte de visite : directrice de recherche, chef adjointe de la division architecture paysage, coordinatrice du master architecture paysage, coordinatrice de la filière doctorale "architecture, ville, territoire et paysage". Bref, les journées de cette mère de deux enfants sont chargées.

Et pourtant, elle veut bien prendre le temps de répondre aux questions des globe-reporters sur l’architecture française au Vietnam. Elle me propose pour cela de retrouver dans un café deux collègues à elle qui ont également étudié en France : To Ang Dang, architecte enseignante spécialisée sur la restauration des villas coloniales, et Bai Chau Huynh, chercheuse et architecte, coordinatrice pédagogique du master "projet urbain, patrimoine et développement durable". 

Le café est situé en face de la faculté. Pour y aller, il faut traverser la route, et au Vietnam, il n’y a pas de passage piéton. Il faut s’avancer tandis que les voitures et scooters continuent de nous foncer dessus ! On a vraiment l’impression de se trouver au milieu d’un film d’action au moment où les acteurs font des courses poursuites sur les autoroutes (ok, j’exagère un petit peu). Mais Huyen a l’habitude : "accrochez-vous à moi", me dit-elle, concentrée sur les scooters qui nous évitent de justesse.

Arrivées au café, Bai Chau lance : "c’est un lieu pour les étudiants, mais les profs y vont aussi !" Les amies prennent du café froid mélangé avec du yaourt (ça ne me dit rien, j’essaierai plutôt une prochaine fois !), assises sur les toutes petites chaises typiques du Vietnam.

"Quand les colons sont arrivés au Vietnam, ils avaient la nostalgie de la France, me dit Bai Chau. Ils voulaient reproduire la même chose que chez eux." Les bâtiments ont été conservés après la guerre contre la France. Avec le temps, les Vietnamiens se sont approprié cet héritage colonial. Certains bâtiments ont gardé leur fonction première, comme l’Opéra, d’autres ont été utilisé pour d’autres choses. Aujourd’hui, expliquent les trois chercheuses, il y a un mélange entre l’architecture moderne, vietnamienne, et l’architecture "Indochine".

Ecoutez les réponses de Thai Huyen NGUYEN !

Précision : au Vietnam, les prénoms et noms sont inversés. Dans chaque article, nous écrivons le prénom sur le mode Prénom + NOM comme en français, mais les Vietnamiens ne font jamais ainsi. Il faudrait écrire Nguyen Thai Huyen pour être exact, Nguyen étant le nom de famille de Thai Huyen, que l’on peut aussi appeler plus simplement Huyen.

Sources photographiques

Huyen a fait ses études à Bordeaux. Elle retourne souvent en France pour son travail.
Huyen a fait ses études à Bordeaux. Elle retourne souvent en France pour son travail.
De gauche à droite : Huyen, Ang Dang et Bai Chau.
De gauche à droite : Huyen, Ang Dang et Bai Chau.
"Nous, les Vietnamiens, nous aimons vivre dans la rue. Regardez : les gens sont souvent dehors, sur les trottoirs", racontent les trois chercheuses.
A gauche, c’est moi ! J’ai quand même moins l’habitude de ces petites chaises...
A gauche, c’est moi ! J’ai quand même moins l’habitude de ces petites chaises...
Une très vieille maison dans le quartier de Phoco, très prisé des touristes
Une très vieille maison dans le quartier de Phoco, très prisé des touristes
En face de l’Institut français, à Hanoi.
En face de l’Institut français, à Hanoi.
Près de l’ambassade de France, à Hanoi. Il n’est pas rare de voir ce type d’immeuble
Près de l’ambassade de France, à Hanoi. Il n’est pas rare de voir ce type d’immeuble
A Phoco, on trouve parfois des maisons avec un style colonial.
A Phoco, on trouve parfois des maisons avec un style colonial.
L’université d’architecture de Hanoi. Et toujours, un parking à scooters !
L’université d’architecture de Hanoi. Et toujours, un parking à scooters !
Huyen a fait ses études à Bordeaux. Elle retourne souvent en France pour son travail.
De gauche à droite : Huyen, Ang Dang et Bai Chau.
A gauche, c’est moi ! J’ai quand même moins l’habitude de ces petites chaises...
Une très vieille maison dans le quartier de Phoco, très prisé des touristes
En face de l’Institut français, à Hanoi.
Près de l’ambassade de France, à Hanoi. Il n’est pas rare de voir ce type d’immeuble
A Phoco, on trouve parfois des maisons avec un style colonial.
L’université d’architecture de Hanoi. Et toujours, un parking à scooters !

Sources sonores

  • Quelles sont les principales caractéristiques de l’architecture française au Vietnam ?

  • Où trouve-t- on l’architecture française au Vietnam ?

  • Expliquez l’origine de l’architecture française au Vietnam.

  • Pourquoi ces monuments/bâtiments ont-ils été conservés ?

  • Ont-ils conservé leur utilisation d’origine ?

  • Que pensent les Vietnamiens de ce patrimoine ?

  • Question bonus : à quoi ressemble l’architecture vietnamienne ?

  • Question bonus : à Hanoï, quels bâtiments en particulier ont une architecture remarquable ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Fondation SNCF
  • Ambassade de France au Vietnam
  • Institut Français du Vietnam