La cuisine de rue au Vietnam : "pratique, pas chère et pour tout le monde !"

Publié le 24 janvier 2017

Ancien chef cuisinier à l’ambassade de France à Hanoi de 1993 à 2014, le Chef Sang est aujourd’hui traiteur. Son père était lui-même ancien cuisinier de l’ambassade et a occupé le même poste avant lui. Il répond aux questions des globe-reporters sur la cuisine vietnamienne et plus spécialement, la cuisine de rue !

Culture et francophonie

Au Vietnam, vous pouvez trouver de la nourriture à tous les coins de rue. Il y a beaucoup de restaurants et de petites échoppes où l’on peut acheter de quoi manger sur le pouce. C’est pas cher et rapide. Beaucoup de Vietnamiens mangent ainsi dans la rue, dés le petit-déjeuner, avant d’aller travailler, à la pause de midi ou le soir. 

Le Chef Sang ne fait pas de cuisine de rue. C’est un restaurant-traiteur. Mais comme tous les Vietnamiens, il lui arrive très souvent de manger un Bun Cha, ou un Pho - ses deux plats préférés - dans la rue !

Sources photographiques

Son père était chef cuisinier, lui l’est à son tour. Et ses enfants ? Sa fille Pham Thu Trang, 22 ans, et son fils Pham Tai Quan, 16 ans, n’envisagent pas encore de travailler dans la cuisine.
Son père était chef cuisinier, lui l’est à son tour. Et ses enfants ? Sa fille Pham Thu Trang, 22 ans, et son fils Pham Tai Quan, 16 ans, n’envisagent pas encore de travailler dans la cuisine.
Une échoppe où l’on peut manger du Bun Cha dans la province de Nam Dinh
Une échoppe où l’on peut manger du Bun Cha dans la province de Nam Dinh
Le Bun Cha est un bouillon dans lequel sont plongés des légumes, de la viande, des nouilles.
Le Bun Cha est un bouillon dans lequel sont plongés des légumes, de la viande, des nouilles.
Aujourd’hui, je le mange avec de la viande de porc. Elle est préparée ici, au restaurant.
Aujourd’hui, je le mange avec de la viande de porc. Elle est préparée ici, au restaurant.
C’est le moment de cuire la viande, la fumée se dégage et appâte les passants.
C’est le moment de cuire la viande, la fumée se dégage et appâte les passants.
On peut vraiment trouver de tout dans la rue, et l’on déguste assis sur des petits tabourets !
On peut vraiment trouver de tout dans la rue, et l’on déguste assis sur des petits tabourets !
Son père était chef cuisinier, lui l’est à son tour. Et ses enfants ? Sa fille Pham Thu Trang, 22 ans, et son fils Pham Tai Quan, 16 ans, n’envisagent pas encore de travailler dans la cuisine.
Une échoppe où l’on peut manger du Bun Cha dans la province de Nam Dinh
Le Bun Cha est un bouillon dans lequel sont plongés des légumes, de la viande, des nouilles.
Aujourd’hui, je le mange avec de la viande de porc. Elle est préparée ici, au restaurant.
C’est le moment de cuire la viande, la fumée se dégage et appâte les passants.
On peut vraiment trouver de tout dans la rue, et l’on déguste assis sur des petits tabourets !

Sources sonores

  • Pourquoi la cuisine de rue est-elle si développée au Vietnam ?

  • Où trouve-t-on la cuisine de rue ?

  • Quand mange-t-on dans la rue et qui mange dans la rue ?

  • Quelle est la spécificité de la cuisine de rue vietnamienne ?

  • Y-a-t-il une spécificité dans la cuisson ?

  • Est-ce que les restaurants de rue ont des menus ?

  • Est-ce qu’il y a des influences de la cuisine française sur la cuisine vietnamienne ?

  • Pourquoi le Pho est une institution au Vietnam ?

  • Quels sont vos plats vietnamiens préférés ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Fondation SNCF
  • Ambassade de France au Vietnam
  • Institut Français du Vietnam