Mina, Vongchay et Pocran ; seconde rencontre

Publié le 22 janvier 2010

Cette seconde visite permet de découvrir en images la vie quotidienne de Mina, Vongchay et Pocran, des jeunes filles laotiennes comme tant d’autres.

La vie quotidienne

MP3 - 6.4 Mo
Les questions des lycéennes laotiennes à leurs homologues parisiennes.
Zip - 8.3 Mo
Télécharger l’ensemble des photos

Sources photographiques

À défaut de gaz, c’est le bois qui est utilisé.
À défaut de gaz, c’est le bois qui est utilisé.
Au menu du soir, du poisson.
Au menu du soir, du poisson.
La cuisine.
La cuisine.
La cuisson se passe à l’extérieur.
La cuisson se passe à l’extérieur.
La salle de bain quand la douche n’est pas prise dehors.
La salle de bain quand la douche n’est pas prise dehors.
La table à manger à l’occidentale.
La table à manger à l’occidentale.
La table à manger traditionnelle.
La table à manger traditionnelle.
Les étudiantes du foyer.
Les étudiantes du foyer.
Les fameux piments mangés matin, midi et soir.
Les fameux piments mangés matin, midi et soir.
Les toilettes.
Les toilettes.
Mme Sim montre le panier à riz.
Mme Sim montre le panier à riz.
Préparation de riz gluant à la vapeur.
Préparation de riz gluant à la vapeur.
Une chambre.
Une chambre.
Vongchay assise sur son lit.
Vongchay assise sur son lit.
Vongchay lit les questions posées aux étudiantes parisiennes. Mme Sim traduit.
Vongchay lit les questions posées aux étudiantes parisiennes. Mme Sim traduit.
À défaut de gaz, c’est le bois qui est utilisé.
Au menu du soir, du poisson.
La cuisine.
La cuisson se passe à l’extérieur.
La salle de bain quand la douche n’est pas prise dehors.
La table à manger à l’occidentale.
La table à manger traditionnelle.
Les étudiantes du foyer.
Les fameux piments mangés matin, midi et soir.
Les toilettes.
Mme Sim montre le panier à riz.
Préparation de riz gluant à la vapeur.
Une chambre.
Vongchay assise sur son lit.
Vongchay lit les questions posées aux étudiantes parisiennes. Mme Sim traduit.

Sources sonores

  • Les questions des lycéennes laotiennes à leurs homologues parisiennes.