La fête du vin de palme d’Oussouye

Publié le 4 mars 2011

André Mendy, journalistes, correspondant à Cap Skirring, pour des médias sénégalais nous envoie son article sur la fête du vin de palme 2011 organisée dans le village d’Oussouye.

La vie en Casamance

Oussouye célèbre la 6e édition de la fête des prémices

La fête du vin de palme, du riz nouveau et des autres produits locaux, 6é édition s’est tenue ce week-end à Oussouye comme de à l’accoutumée dans les jardins de la mission catholique. Cette fête qui rappelle celle des prémices commence à drainer du monde et est inscrite dans l’agenda annuel du département. Cette 6e édition est placée, pour la 2e fois consécutive, sous le parrainage du ministre Faustin Diatta, ancien séminariste et fils du terroir. Exhaussé par le cachet populaire, carnavalesque et religieux que revêt désormais cette fête, le fils du terroir rêve d’en faire une foire commerciale lors des prochaines éditions pour la promotion du département, voire de la région. Ce qui réjouit fort bien son initiateur, l’Abbé Antoine Sambou. Pour allier le profane au religieux, ce dimanche, une messe solennelle pour la fête des prémices a été célébrée dans l’église paroissiale sainte Thérèse d’Oussouye qui, par coïncidence heureuse, accueille ce jour et pour toute la journée les reliques de sainte Thérèse de l’enfant Jésus présente sans le diocèse de Ziguinchor du 11 au 17 du mois. La messe a été présidée par l’Abbé Paul Abel Mamba, Administrateur apostolique de Ziguinchor.

La célébration de la 6é édition à Oussouye de la fête du vin de palme, du riz nouveau et des autres produits locaux n’a été que succès et grand moment de liesse populaire ! Au regard de l’affluence, des prestations des différents groupes folkloriques et artistiques locaux du vendredi au dimanche. Avec toujours et surtout une mention spéciale aux majorettes du collège Joseph Faye d’Oussouye, à la chorégraphie impeccable !

Il faut une telle mobilisation est convaincu le parrain du jour le ministre Faustin qui estime que « le riz est une nourriture fondamentale en Casamance ». D’ailleurs, tient-il à le rappeler « le riz est le préféré du consommé sénégalais dont sa culture par le Kandjandou (ndlr : instrument aratoire en pays diola) est une activité vivrière héritée des ancêtres et jalousement préservée. Ce riz qui a valu la déportation de l’héroïne du Kassa ; Aline Sitoé Diatta ».

Et à propos du vin, le ministre du Kassa de la République ne tarit pas d’éloges. Il y va même des éloges les plus dithyrambiques : « Nous du Kassa, nous qui sommes nés avec, il nous a accompagnés dans notre cursus vital et scolaire. Qu’on soit, aujourd’hui comme hier, hauts cadres, grand diplômé, député ou ministre, nous y avons été initiés par nos parents grâce la récolte et la commercialisation du vin de palme. Ici le vin de palme revêt une dimension spirituelle capitale, par son caractère cultuel qui nous permet d’implorer le bon Dieu ».

Le ministre a émis le souhait de faire accompagner cette fête d’une grande foire pour promouvoir le département d’Oussouye et accélérer son décollage économique. Un décollage qui selon l’initiateur de cette fête, dans son discours d’ouverture officiel ce samedi et à l’adresse du parrain, ne pourra que s’opérer dans un climat social apaisé. « La spirale de la violence a repris avec les braquages, les pillages et les meurtres. Les populations ne savent plus où donner de la tête. La peur refait surface, la libre circulation des personnes et des biens est restreinte et l’économie de la région chancelle ».

C’est à ses termes que le curé doyen a dressé le tableau sombre de la situation avant de lancer un appel solennel « aux grands maux, les grands remèdes, la Casamance demande avec insistance trois choses. Premièrement, la Paix, deuxièmement, la Paix et troisièmement la Paix ! Sans paix, rien de durable ne peut se construire, d’autant plus que tout ce qui est fait aujourd’hui est défait le lendemain ».

Ce dimanche, ce fut la célébration de la messe solennelle d’actions de grâces pour la fêtes des prémices à l’église sainte Thérèse d’Oussouye, qui accueillait ce jour les reliques de Sainte Thérèse de l’enfant Jésus, la sainte patronne de cette paroisse dûment acheminées par les militaires ! Pour ces deux événements cumulés, la grande et vaste église, sainte Thérèse d’Oussouye a refusé du monde. Cette messe présidée par l’Administrateur diocésain, Abbé Paul Mamba, a été une solennité à laquelle ont pris part le ministre parrain de la fête, avec à ses cotés le préfet et le maire d’Oussouye.

Sur un pan du mur, on pourrait lire : « La terre a donné sa récolte, Dieu nous bénit ». AU cours d’une procession bien rythmée, tout ce que le département d’Oussouye compte comme richesse vivrière a été apportée et déposée auprès de l’autel ! le décor et la symbolique ont été bien à l’ordre du jour.

André MENDY

Word - 23.5 ko
Télécharger l’article.