"Nous avons encore beaucoup de travail de sensibilisation à la préservation de nos richesses naturelles", Zied Askri.

Publié le 6 avril 2013

Zied Askri, ingénieur principal, chef arrondissement des forêts de Tozeur, travaille au Ministère de l’environnement. Il répond aux journalistes en herbe du collège Camille Claudel, à Paris, à propos des programmes de préservation en vigueur dans le sud de la Tunisie.

Développement durable et environnement

En Tunisie, il y a 17 parcs nationaux et 27 réserves naturelles. Dans la région de Tozeur, se trouvent le parc national de Dghoumes, le parc national de Jebil (Kébili) et le parc national de Bouhedma (Sidi Bouzid).

JPEG - 63 ko
Une antilope du parc national de Dghoumes © Tunisie.com

Pour écouter une interview sur le parc Ichkeul, dans le nord du pays, cliquez ICI.

Zip - 15.5 Mo
Télécharger les sons.

Sources sonores

  • Considérez-vous que ce soit une réussite ?

  • En quoi diriez-vous que votre travail de sauvegarde et de conservation de la faune et de la flore est essentiel ?

  • Les enfants tunisiens sont-ils sensibilisés à ces thèmes sur l’environnement ?

  • Présentation.

  • Que faut-il pour que la réussite soit au rendez-vous ?

  • Quelles sont les autres espèces animales qu’on tente de sauvegarder en Tunisie ?

  • Quels sont les problèmes que vous rencontrez ?

  • Recevez-vous de l’aide de la part d’états voisins, de pays étrangers, sous quelles formes ?

  • Votre direction s’est impliquée dans la réintroduction et la sauvegarde de l’Addax en Tunisie ? Où en est ce projet ?

  • Y a-t-il également des programmes de sauvegarde autour de certains arbres ou plantes qui étaient en voie de disparition ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • Institut français de Tunisie
  • APTF
  • Région Ile de France
  • Fondation VEOLIA