Politique : Reportage sur la Tunisie dans l’émission Envoyé Spécial

Publié le 19 janvier 2013

L’émission Envoyé Spécial, diffusée sur France 2, proposait jeudi 17 janvier un reportage en Tunisie. Un reportage peu apprécié à Tunis.

La boîte à infos

Dans un reportage intitulé "Tunisie : sous la menace salafiste", le journaliste Karim Baïla s’interroge sur l’islam radical qui grandit dans le pays.

JPEG - 57.1 ko

Voici la présentation du reportage par les journalistes d’Envoyé Spécial.

En décembre 2010, la Tunisie se soulevait pour mettre fin à la dictature du président Ben Ali. C’était la Révolution de Jasmin.

Deux ans après, l’euphorie du soulèvement a fait place au désenchantement en Tunisie. L’économie est en berne, la transition politique bloquée et les extrémistes religieux en profitent pour essayer de changer la société. Ils réclament l’application de la charia (la loi islamique) et l’instauration d’un État islamique.

Les plus radicaux de ces islamistes s’appellent les "salafistes jihadistes". Ils recrutent parmi la jeunesse. L’émission suit Nernine, une jeune fille de 14 ans qui a fui sa famille pour rejoindre les salafistes.

A travers son histoire, nous découvrons qu’à l’université, les extrémistes veulent imposer le port du voile pour les femmes, jusqu’ici interdit, dans les salles de cours.

Partout dans le pays, les extrémistes organisent des rassemblements spectaculaires au cours desquels ils critiquent l’Occident. Ils déclarent aussi la guerre à l’alcool et imposent la fermeture des bars.

Ce carnet de route nous emmène jusqu’à Sidi Bouzid, ville qui a vu naître la révolution tunisienne. Aujourd’hui, c’est un point de rassemblement des islamistes radicaux.

Pour revoir le reportage en ligne (35 minutes), cliquer ICI.

Ce reportage n’a pas été apprécié en Tunisie. Voici ce qu’en dit un journaliste dans son éditorial

"Comment une chaîne de télévision publique, qui peut à juste titre se prévaloir d’un haut degré de professionnalisme, peut-elle se laisser aller à une vision de la réalité si biaisée ? Où est la société civile qui, face aux dérives évoquées et à d’autres, se mobilise et donne de la voix ? Où est la liberté d’expression et le débat franc qui, depuis la révolution, ont transformé partout le paysage de notre réalité quotidienne et font de nous des hommes debout ? Où est l’espoir d’un pays vivant désormais dans un climat de pluralisme politique et qui attend de pied ferme sa nouvelle Constitution et ses prochaines élections ?"

Pour lire en ligne tout l’éditorial, cliquez ICI .

Word - 31 ko
Télécharger l’éditorial.

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • Institut français de Tunisie
  • APTF
  • Région Ile de France
  • Fondation VEOLIA