Le bison est de retour dans les Carpates de Roumanie

Publié le 28 janvier 2015

Elena Curea travaille au parc naturel de Vanatori Neamt où de nombreux bisons ont été réintroduits à l’état sauvage. Elle répond aux questions des 6e de Roland Dorgelès à Paris.

Développement durable et environnement

Est-ce qu’il y a eu des bisons en Roumanie avant leur réintroduction ?

On trouve des signes d’une présence très ancienne du bison dans les régions de Moldavie roumaine, de Valachie et de Transylvanie. Le mot "bison", qui se dit zimbru apparait en effet dans des noms de lieux, comme Valea Zimbrului (la Vallée des Bisons), Dosul Zimbrului (le Dos du Bison), Izvorul Zimbrului (la Source du Bison, Zimbroaia (le Gros Bisons), Zâmbrița (le Petit Bison). Grâce à cette toponymie, on sait qu’il y a eut des bisons dans les Carpates roumaines. D’après certains documents, les bisons ont complètement cessé d’exister en Roumanie vers 1850.

JPEG - 543 ko
Premier groupe remis en liberté en 2012

Qui a voulu réintroduire les bisons en Roumanie ?

L’initiative de réintroduire les bisons en Roumanie a commencé en 1958, lorsque deux bisons ont été apportés de Pologne. Ils ont été installés dans la forêt de Slivut-Haţeg, dans un espace aménagé. Petit à petit, une famille de bisons a été installée dans la forêt de Trivale-Pitesti. Quatre membres ont été remis au zoo à Bucarest et deux ont été déplacés à Poiana Brasov.

En 1970, la réserve de Dragos-Voda reçoit de nouveau trois bisons en Pologne qui donnent naissance à deux bébés 4 ans plus tard : Rosina et Rocco. Une convention internationale fait que les noms des bisons commencent par les deux premières lettres du pays d’origine. Un bison né en Roumanie sera donc appelé Rodica, Romeo, Rose, Roumanie, Robert, Ronald...

Avec la création du parc naturel Vanatori Neamt en 1999, la Roumanie devient adaptée pour réintroduire des bisons en liberté dans les forêts. L’administration du parc a commencé des actions pour atteindre cet objectif ambitieux : la réintroduction du bison en liberté.

JPEG - 415.7 ko

Pourquoi la Roumanie est-elle été appropriée pour réintroduire les bisons ?

Les Carpates roumaines, avec une superficie de 210 000 km carrés, fournissent un espace naturel de bonne qualité. La densité de population est faible et le réseau routier réduit. Ce sont de bonnes conditions pour favoriser la survie en liberté d’espèces animales. L’existence de zones naturelles protégées sur 18% des Carpates est un atout supplémentaire pour réintroduire le bison dans cette écorégion.

Les Carpates comptaient déjà de grands carnivores (ours, loups, lynx), mais pas de grands herbivores (bisons, aurochs, chevaux sauvages), qui sont essentiels pour maintenir l’équilibre de l’écosystème.

Combien de bisons ont été réintroduits en Roumanie ces dernières années ?

En mars 2012, un premier groupe de cinq bisons a été relâché dans la nature, devenant ainsi les premiers à l’état sauvage de Roumanie. D’autres ont suivi : cinq en 2012, cinq en 2013 et six en 2014. Aujourd’hui, la Roumanie recense un total de 16 bisons en liberté, parfaitement adaptés à la vie sauvage, en pleine forme et en bonne santé. On prévoit l’arrivée de deux autres bisons au printemps 2015.

JPEG - 444.7 ko

Dans quels régions se trouvent les bisons réintroduits ?

Actuellement, le parc naturel Vanatori Neamt (nord-est de la Roumanie) est le seul endroit où l’on trouve des bisons en liberté. En outre, il y a 7 bisons en captivité au zoo Dragos-Voda, 17 dans une zone d’acclimatation du Neamt sur 180 hectares et 18 en liberté dans la zone de Chitele Mitocul Balan, toujours dans le département de Neamt.

Est-ce que les bisons cohabitent bien avec les autres animaux de la forêt ?

Les premiers spécimens en liberté ont survécu plus de trois saisons avec des conditions hivernales difficiles et en présence de loups et les ours. Il y a eu deux naissances en liberté en 2012 et deux en 2014. Nous avons constaté deux décès (un en 2012 et un en 2014 ), les deux fois de causes naturelles.

La présence de bisons dans la nature fonctionne comme un mécanisme naturel pour le maintien de l’équilibre entre les prairies et les écosystèmes forestiers. Le bison aide à maintenir une composition de la forêt diversifiée et peut permettre de créer de nouvelles niches écologiques pour d’autres espèces comme les oiseaux, les petits mammifères.

JPEG - 404.8 ko

Les bisons s’attaquent-ils à l’homme ?

Aucun cas n’a été signalé à ce jour.

Quelle est votre opinion sur la réintroduction des bisons ?

Le programme de réintroduction n’a pas pour seul objectif d’obtenir une population viable de bisons en liberté. C’est aussi l’occasion d’étudier son impact sur l’habitat et de développer la région en faveur des communautés locales. L’expérience acquise au cours de la mise en œuvre du programme de réintroduction des bisons peut être utilisé pour d’autres espèces, en particulier dans les Carpates.

Pour aller plus loin :

- Reportage de Mirel Bran pour le journal Le Monde le jour de la réintroduction dans la région d’Armenis

- Le directeur du parc Vanatori Neamt invité sur Radio Romania International

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • Institut culturel Roumain
  • Fondation SNCF
  • Institut français de Roumanie
  • Label Paris Europe