Les ours sauvés de Zarnesti

Publié le 24 janvier 2015

Dans la réserve de Zarnesti, près de Brasov, les ours maltraités sont recueillis, soignés et ramenés à la vie sauvage quand cela est possible. Le manager de la réserve Liviu Cioineag répond aux globe-reporters de Germaine Tillion, Gévezé et Camille Claudel.

Développement durable et environnement

Lorsqu’il était journaliste, Liviu Cioineag a réalisé de nombreux sujets sur les animaux maltraités. Après neuf ans de reportages, il a quitté le journalisme pour la défense des animaux. Il travaille depuis trois ans pour l’association "Millions d’amis" qui gère la réserve d’ours de Zarnesti. Celle-ci a été créé par un Français, Roger Lapis, et son épouse roumaine Cristina.

JPEG - 236.3 ko

Quel type d’ours trouve-t-on en Roumanie ? Combien sont-ils ?

En Roumanie, on trouve des ours bruns uniquement. Les chiffres officiels disent qu’ils sont 6 000, mais moi je me demande bien comment les autorités les comptent ! Je pense qu’ils sont plutôt 4 000 à vivre à l’état sauvage.

Sont-ils en voie de disparition ?

Ce n’est pas une espèce en voie de disparition, au contraire, la Roumanie est le pays qui abrite le plus d’ours en Europe.

Où en trouve-t-on en liberté en Roumanie ? Quel est leur habitat naturel ?

Ils vivent dans la chaîne des Carpates, qui forme un arc montagneux à travers la Roumanie. Leur habitat naturel est la forêt.

La destruction des forêts touche-t-elle les ours ?

Oui, la destruction des forêts réduit petit à petit leur territoire. Lorsque les forêts sont remplacées par des terrains cultivés, les ours sont alors obligés d’aller trouver de la nourriture dans d’autres endroits, parfois vers les villes.

JPEG - 333.1 ko

En Alaska, les ours se rapprochent de plus en plus facilement des habitats humains, cela est-il le cas en Roumanie ?

Il y a quelques années, les ours s’approchaient régulièrement des habitations de Brasov et des villages autour. Ils venaient chercher de la nourriture dans les poubelles ou cueillir des fruits dans les plantations des paysans. On a commencé à voir des cars de touristes qui venaient observer ce phénomène. Les autorités locales ont mis en place des solutions, par exemple des poubelles que les ours ne peuvent pas ouvrir.

Pourquoi l’armée a-t-elle été appelée pour repousser les ours ?

Les autorités locales voulaient montrer qu’elles prenaient le problème au sérieux, mais ce n’était pas la bonne solution. Il faut se demander pourquoi les ours s’approchent des habitations. C’est essentiellement la faute des humains qui modifient leur habitat naturel, les contraignant à se déplacer.

JPEG - 373 ko

Un ours a-t-il déjà attaqué un être humain en ville ? Ne se font-ils pas écraser par les voitures ?

Oui, un ours peut être tué s’il est renversé par une voiture. Il y a déjà eu des attaques, notamment des touristes qui venaient voir les ours manger dans les poubelles. Ce qui est stupide. La dernière attaque a lieu à l’automne 2014.

Est-ce que tout le monde peut les voir à tout moment de la journée ?

On peut en croiser dans la forêt en allant ramasser des champignons ou en se promenant. En général, l’ours n’attaque pas les humains s’il ne se sent pas menacé. Il suffit de faire un peu de bruit et l’ours va s’enfuir. Un peu comme lorsqu’on vient chez quelqu’un : on sonne pour prévenir de son arrivée.

Sont-ils toujours repoussés par les habitants ?

Les habitants laissent faire, c’est quelque chose d’assez naturel pour nous. Certains recueillent même des ours trouvés dans la forêt comme ils le feraient avec un chien. Ils ont l’impression de sauver un ourson qui a perdu sa mère. C’est en partie vrai, mais lorsque l’ourson grandit, cela n’est plus possible de le garder dans une maison ! D’autres gardent un ourson trouvé dans le but de le revendre à un cirque ou un zoo.

Qu’est-ce-qui a poussé à ouvrir cette réserve « sanctuaire » ?

En 1998, l’association "Millions d’amis" a commencé à recevoir des plaintes au sujet d’ours détenus dans des conditions misérables près de restaurants ou de stations services pour amuser les touristes. Cristina et son mari Roger Lapis ont commencé à parcourir le pays pour recenser ces ours et les nourrir.

En 2005, Millions d’amis et la Société Mondiale pour la Protection des Animaux (WSPA) se sont associés pour construire le sanctuaire des ours "Libearty" à Zarnesti. Nous récupérons les ours mal-traités et les installons dans la réserve où ils oublient peu à peu les mauvais traitements qu’ils ont subis.

JPEG - 427.6 ko

Qui est l’ours Maya ?

Maya était une ourse en très mauvaise santé, retenue dans une cage près d’une château à Bran. de 1998 à 2002, Cristina et Roger sont allés la nourrir tous les jours. Son état s’est amélioré, mais elle est finalement décédée à cause de ses mauvaises conditions de vie. Son histoire a créé un gros scandale en Roumanie et à l’étranger. La réserve de Zarnesti lui est dédiée.

Combien d’ours vivent dans la réserve ?

En ce moment, nous en avons 79. La Roumanie compte 80 autres ours en captivité, soit dans des zoos, soit dans propriétés privées. Ici, ce n’est pas un zoo, les ours vivent comme ils le feraient en liberté. Les visites se font uniquement en groupe et guidées.

Y trouve t-on des oursons ? Si oui, à quel âge deviennent-ils autonome ?

Nous avons un seul ourson en ce moment. Il sera autonome à 18 mois. D’ic là, il vit dans un enclos à part pour s’habituer à la vie dans la réserve.

De quoi se nourrissent-il ?

L’ours est omnivore. Il peut manger de la viande s’il en trouve, mais il ne chasse pas de proie. Dans la réserve, nous leur donnons des fruits, des légumes, du pain et un peu de viande. L’hiver, ils mangent une fois par jour, vers 11 heures. L’été, ils ont deux repas, que nous leur servons par dessus la clôture, avec une pelle C’est un animal qui peut rester plusieurs jours sans manger.

JPEG - 397.4 ko
C’est l’heure du déjeuner

Est-ce qu’il y a des projets de réinsertion pour les ours de cette réserve ?

En 2014, nous en avons récupéré cinq ours maltraités. Parmi eux, quatre sont retournés à l’état sauvage après quelques examens. Pour le 5e, il était trop tard, il est trop traumatisé pour vivre normalement dans la forêts. La plupart des ours que nous avons vont finir leur vie ici. Ils pourraient vivre dans la forêt, mais ils risqueraient de s’approcher trop des hommes. Car pour eux, l’homme est celui qui les nourrit.

Quel sont les dangers pour la population aux abords de la réserve ?

Absolument aucun, les ours ne peuvent pas s’échapper. De nombreux visiteurs viennent chaque année, y compris des groupes scolaires.

Quels autres animaux peut-on trouver dans la réserve ?

On a aussi huit loups, qui vivent dans un enclos séparé. Sauf Luna qui a vécu plusieurs années avec l’ours "Prince Charles". Elle est aussi douce qu’un chien. On pourrait aussi récupérer des sangliers maltraités. Mais bien souvent, lorsque nous en repérons un, le temps de revenir le chercher, le propriétaire nous annonce qu’il est décédé. Nous savons que c’est faux : les gens les tuent pour le manger plutôt que de nous les confier.

JPEG - 467.5 ko

Quel sont les solutions proposées pour protéger les ours hors de la réserve, tout en protégeant la population ?

En Roumanie, il est légal de chasser les ours mâles et femelles - sauf lorsque celles-ci viennent de faire des petits -. Il y a deux saisons de chasse, une au printemps et une à l’automne. Le mieux pour protéger les ours et la population est d’installer des clôtures électriques autour des maisons, restaurants et cabanes situés dans la montagne. Comme ça les ours ne sont pas tentés de s’approcher et ne s’habituent pas à trouver leur nourriture dans les poubelles des hommes.

Pouvez vous nous parler de la tradition du « jeu de l’ours » pratiqué à la saint Sylvestre en Roumanie ?

C’est une tradition pour le 31 décembre, rencontrée le plus souvent dans le nord. De jeunes garçons se déguisent en ours en portant de la fourrure sur la tête et les épaules. Ils défilent dans les rues des villages avec des musiciens. C’est une sorte de carnaval.

JPEG - 417.8 ko

Les ours ont beaucoup été utilisés comme bête de foire ou comme attraction dansante, cela se fait-il encore ? Pouvez vous nous parler de ces traditions de montreurs d’ours ?

Les derniers cas de montreurs d’ours en Roumanie ont été vus il y a cinq ans. Cette tradition avait lieu sur des places publiques et dans des cirques, mais elle s’est éteinte. Cependant, il y a encore quelques ours utilisés comme attraction touristique. Nous nous battons depuis plusieurs années pour récupérer un ours qui est utilisé comme mascotte dans une station de ski dans le sud e la Roumanie.

Les ours s’attaquent-ils au bétail (moutons, vaches etc.) ?

Cela arrive parfois, mais c’est assez rare.

JPEG - 432.7 ko

Est ce qu’il y a comme en France des tensions entre les éleveurs et les défenseurs des animaux ?

Non, pour nous c’est normal qu’un ours "prélève" parfois un mouton ou une brebis. C’est la nature. Les éleveurs ont conscience qu’ils emmènent leur troupeau dans la forêt, qui est la maison des ours.

La population est-elle contente de la présence des ours ? Pourquoi ?

Les habitants des montagnes ont l’habitude de voir des ours venir fouiller dans les poubelles. C’est quelque chose d’assez naturel pour nous. L’ours est un symbole de la Roumanie et les gens les aiment. Mais c’est vrai que le nombre de personnes qui ont peur augmentent ces dernières années. Les gens s’éloignent de la nature.

Pour aller plus loin :

- la vidéo de Marianne est également disponible en ligne sur YouTube

- Le site de l’association "Millions d’amis"

- La chronique de Richard Edwards sur Radio Romania International au sujets des montreurs d’ours

- Un excellent reportage d’Arte de 42 minutes sur les ours en Transylvanie. Une partie du reportage se déroule dans la réserve de Zarnesti.

- A propos d’animaux mal traités, avez-vous lu cette interview d’Irina qui s’occupe des chiens errants à Bucarest ?

Zip - 18.8 Mo
Télécharger les photos
Zip - 63.8 Mo
Télécharger la vidéo

Sources photographiques

Chaque année, un prêtre vient bénir les animaux de la réserve
Chaque année, un prêtre vient bénir les animaux de la réserve
Chaque ours de la réserve reçoit un nom
Chaque ours de la réserve reçoit un nom
L’actrice française Brigitte Bardot fait partie des donateurs
L’actrice française Brigitte Bardot fait partie des donateurs
Les ours mangent surtout des fruits et des légumes
Les ours mangent surtout des fruits et des légumes
Liviu Cioineag intervient chaque jeudi dans une école pour sensibiliser les élèves aux animaux
Liviu Cioineag intervient chaque jeudi dans une école pour sensibiliser les élèves aux animaux
Observation des ours avec des jumelles
Observation des ours avec des jumelles
Panneau hommage à l’ours Maya
Panneau hommage à l’ours Maya
Une cage dans laquelle a été trouvé un ours en captivité
Une cage dans laquelle a été trouvé un ours en captivité
Chaque année, un prêtre vient bénir les animaux de la réserve
Chaque ours de la réserve reçoit un nom
L’actrice française Brigitte Bardot fait partie des donateurs
Les ours mangent surtout des fruits et des légumes
Liviu Cioineag intervient chaque jeudi dans une école pour sensibiliser les élèves aux animaux
Observation des ours avec des jumelles
Panneau hommage à l’ours Maya
Une cage dans laquelle a été trouvé un ours en captivité

Sources vidéo

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • Institut culturel Roumain
  • Fondation SNCF
  • Institut français de Roumanie
  • Label Paris Europe