« Mon message aux globe-reporters : il faut y aller à fond. Changez les choses ! »

Publié le 6 décembre 2015

Tara est un laboratoire flottant qui fait le tour du monde. Le temps de la COP 21, le navire est amarré en bord de Seine. L’occasion pour les globe-reporters d’en savoir plus sur cette belle aventure scientifique.

Coulisses de la COP 21

Xavier Bougeard, le responsable des actions pédagogiques à bord de Tara, explique aux globe-reporters l’intérêt de cette aventure scientifique.

Sources photographiques

Le temps de la COP21, le bateau de Tara Expédition est ancré au pied du pont Alexandre III en plein cœur de Paris. Crédit Valérie Rohart.
Le temps de la COP21, le bateau de Tara Expédition est ancré au pied du pont Alexandre III en plein cœur de Paris. Crédit Valérie Rohart.
Le bateau est accessible au public qui peut découvrir le travail des chercheurs.  Crédit Valérie Rohart
Le bateau est accessible au public qui peut découvrir le travail des chercheurs. Crédit Valérie Rohart
La Tour Eiffel se mélange au double mât du bateau Tara. Crédit Valérie Rohart
La Tour Eiffel se mélange au double mât du bateau Tara. Crédit Valérie Rohart
Le principal moyen de propulsion de Tara est la voile. Crédit Valérie Rohart
Le principal moyen de propulsion de Tara est la voile. Crédit Valérie Rohart
Le bateau est « polaire » : lorsque l’océan gèle, sa coque très arrondie sur les côtés, lui permet de rester au-dessus de la glace. Crédit Valérie Rohart
Le bateau est « polaire » : lorsque l’océan gèle, sa coque très arrondie sur les côtés, lui permet de rester au-dessus de la glace. Crédit Valérie Rohart
L’entrée du bateau est étroite car la majorité de ses missions sont dans des zones difficiles, il est conçu pour limiter les déperditions d’énergie. Crédit Valérie Rohart
L’entrée du bateau est étroite car la majorité de ses missions sont dans des zones difficiles, il est conçu pour limiter les déperditions d’énergie. Crédit Valérie Rohart
Vue de l’intérieur du poste de pilotage. Crédit Valérie Rohart
Vue de l’intérieur du poste de pilotage. Crédit Valérie Rohart
Même ultra-moderne, c’est toujours une « barre » qui permet de diriger le bateau. Crédit Valérie Rohart
Même ultra-moderne, c’est toujours une « barre » qui permet de diriger le bateau. Crédit Valérie Rohart
Le bateau dispose des moyens de communiquer. Crédit Valérie Rohart
Le bateau dispose des moyens de communiquer. Crédit Valérie Rohart
La cuisine du bateau. Crédit Valérie Rohart
La cuisine du bateau. Crédit Valérie Rohart
Xavier Bougeard est responsable des actions pédagogiques. Il répond par mail aux questions d’une journaliste. Crédit Valérie Rohart
Xavier Bougeard est responsable des actions pédagogiques. Il répond par mail aux questions d’une journaliste. Crédit Valérie Rohart
Le temps de la COP21, le bateau de Tara Expédition est ancré au pied du pont Alexandre III en plein cœur de Paris. Crédit Valérie Rohart.
Le bateau est accessible au public qui peut découvrir le travail des chercheurs.  Crédit Valérie Rohart
La Tour Eiffel se mélange au double mât du bateau Tara. Crédit Valérie Rohart
Le principal moyen de propulsion de Tara est la voile. Crédit Valérie Rohart
Le bateau est « polaire » : lorsque l’océan gèle, sa coque très arrondie sur les côtés, lui permet de rester au-dessus de la glace. Crédit Valérie Rohart
L’entrée du bateau est étroite car la majorité de ses missions sont dans des zones difficiles, il est conçu pour limiter les déperditions d’énergie. Crédit Valérie Rohart
Vue de l’intérieur du poste de pilotage. Crédit Valérie Rohart
Même ultra-moderne, c’est toujours une « barre » qui permet de diriger le bateau. Crédit Valérie Rohart
Le bateau dispose des moyens de communiquer. Crédit Valérie Rohart
La cuisine du bateau. Crédit Valérie Rohart
Xavier Bougeard est responsable des actions pédagogiques. Il répond par mail aux questions d’une journaliste. Crédit Valérie Rohart

Sources sonores

  • Tara, c’est quoi ?

  • Pouvez-vous donner un exemple des découvertes réalisées grâce à ce bateau ?

  • Quelle attitude en faveur de l’environnement pouvez-vous recommander aux globe- reporters ?

  • Si on s’intéresse à l’environnement, quelles études peut-on faire ?