« Beyrouth est la capitale du street art du monde arabe », Karim Sakr

Publié le 18 janvier 2016

La passion de Karim Sakr est de photographier les artistes des rues de Beyrouth. Il répond aux questions de Nicolas, Inès et Léana sur le street art dans la capitale libanaise. Ces trois globe-reporters sont élèves au Lycée Charles Renouvier de Prades (Pyrénées Orientales).

Culture et francophonie

Karim Sakr n’est pas un graffeur. C’est un photographe. Mais il connait bien les artistes de rue de Beyrouth, notamment les frères Ashekman. C’est donc l’occasion d’en savoir plus car, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, ça bouge à Beyrouth.
Nous avons profité de l’occasion pour lui demander de nous montrer son travail. Il nous a envoyé quelques photos.

Sources photographiques

© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr
© Karim Sakr

Sources sonores

  • Pourquoi pouvez-vous nous parler du street art ?

  • Est-ce que le street art est autorisé au Liban ? Y a-t-il beaucoup de graffeurs à Beyrouth et quels sont les plus connus ?

  • Vous avez des calligraffeurs ? Qui sont-ils ?

  • Que pensez-vous du street art ?

  • Est-ce qu’il y a un engagement politique des graffeurs ?

  • Quelles sont les réactions des gens ?

  • Pouvez-vous nous aider à rencontrer les frères Ashekman ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • Région PACA
  • Institut français du Liban
  • Fondation SNCF