Yasmine Hamdan : « La musique m’a aidée à aimer mes racines »

Publié le 24 mars 2016

Icône de la scène underground arabe, la chanteuse libanaise Yasmine Hamdan répond aux questions des globe-reporters du collège Victor Schoelcher, à Champagney et du collège Soeur-Rosalie à Paris.

Culture et francophonie

Née en pleine guerre civile, en 1976, la chanteuse libanaise Yasmine Hamdan a grandi à l’étranger : entre la Grèce, les Emirats arabes unis et le Koweit. Elle est retournée vivre au Liban juste après la fin de la guerre, dans les années 1990, et se lance alors dans la musique avec le groupe électro Soap Kills. Elle y approfondit aussi son exploration du patrimoine musical arabe, s’inspire des grandes chanteuses comme Asmahan, Oum Kalthoum, etc.

Sa musique est un mélange entre cette chanson traditionnelle et la pop occidentale.

Yasmine Hamdan habite maintenant à Paris, mais retourne régulièrement à Beyrouth et voyage beaucoup. Nous l’avons interviewée par Skype, pendant qu’elle était au Liban.

L’entretien a été réalisé via Skype ce qui explique la sonorité de l’interview.

Yasmine Hamdan

Sources sonores

  • Qu’est- ce qui vous a donné envie de chanter et depuis quand chantez-vous ?

  • Avez-vous grandi dans une famille de musiciens ?

  • Où avez-vous appris à faire de la musique ?

  • Quelles sont vos sources d’inspiration ?

  • Comment avez-vous vécu la guerre ? Cela se ressent-il dans vos chansons ?

  • Vivez-vous au Liban ? Le pays vous plaît-il ? Avez-vous beaucoup voyagé dans votre carrière ?

  • Vous avez joué dans un film de Jim Jarmush, ce projet vous a-t-il plu ? Pensez-vous un jour retourner dans un film ?

  • Comment voyez-vous votre avenir professionnel ? Pensez-vous refaire un album avec votre ancien groupe, Soap Kills ?

  • Avez-vous un message à faire passer à des jeunes ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • Région PACA
  • Institut français du Liban
  • Fondation SNCF