A Naqoura, les jeunes sont les meilleurs ambassadeurs de la protection de l’environnement

Publié le 12 mars 2016

L’envoyé spécial des globe-reporters passe la journée à Naqoura, dans le sud du Liban, en compagnie de Rima Tarabay qui veut faire de ce village un village pilote en matière d’environnement.

Développement durable et environnement

Au programme, une visite de l’école publique du village, une rencontre à la mairie, un saut à la décharge puis une ballade qui nous conduit au jardin public dans les hauteurs de Naqoura.

Sources photographiques

IL faut avoir une autorisation spéciale pour aller à Naqoura, au sud du Liban, dernier village avant la frontière avec Israël.
IL faut avoir une autorisation spéciale pour aller à Naqoura, au sud du Liban, dernier village avant la frontière avec Israël.
L’entrée de l’école publique de Naqoura.
L’entrée de l’école publique de Naqoura.
La cour de récréation de l’école où l’on ne jette pas n’importe quoi, n’importe où.
La cour de récréation de l’école où l’on ne jette pas n’importe quoi, n’importe où.
Rima Tarabay dans une classe.
Rima Tarabay dans une classe.
« Je demande aux enfants de convaincre leurs parents », explique Rima.
« Je demande aux enfants de convaincre leurs parents », explique Rima.
La salle informatique de l’école.
La salle informatique de l’école.
Les panneaux solaires sur le toit de l’école.
Les panneaux solaires sur le toit de l’école.
La mairie de Naqoura, seconde étape de la visite.
La mairie de Naqoura, seconde étape de la visite.
Réunion dans le bureau du maire.
Réunion dans le bureau du maire.
Rima discute avec une personne de la mairie.
Rima discute avec une personne de la mairie.
Direction la décharge municipale. Nous croisons des camions militaires qui font des manœuvres d’entraînement.
Direction la décharge municipale. Nous croisons des camions militaires qui font des manœuvres d’entraînement.
A la décharge, Rima observe comment le tri est organisé.
A la décharge, Rima observe comment le tri est organisé.
Ce serait plus simple que le tri soit fait à la source, dans les maisons. C’est la prochaine étape.
Ce serait plus simple que le tri soit fait à la source, dans les maisons. C’est la prochaine étape.
Rima et l’entrepreneur qui va acheter les déchets triés.
Rima et l’entrepreneur qui va acheter les déchets triés.
Une ancienne usine de traitement des déchets est abandonnée à quelques pas de la décharge. Qu’est-il possible d’en faire ? La réflexion est en cours.
Une ancienne usine de traitement des déchets est abandonnée à quelques pas de la décharge. Qu’est-il possible d’en faire ? La réflexion est en cours.
Pendant que Rima et les habitants tentent de mieux nettoyer leur environnement, les militaires polluent les fonds marins en tirant pour leurs exercices.
Pendant que Rima et les habitants tentent de mieux nettoyer leur environnement, les militaires polluent les fonds marins en tirant pour leurs exercices.
Retour à la mairie pour le rendez-vous avec les jeunes. Comme partout, ils claquent la pause devant l’objectif d’un photographe qui accompagne Rima.
Retour à la mairie pour le rendez-vous avec les jeunes. Comme partout, ils claquent la pause devant l’objectif d’un photographe qui accompagne Rima.
Les futures poubelles qui vont être installées dans le village pour faire le tri avant le ramassage.
Les futures poubelles qui vont être installées dans le village pour faire le tri avant le ramassage.
Rima met au point les derniers détails.
Rima met au point les derniers détails.
Une étiquette qui sera installée sur les poubelles.
Une étiquette qui sera installée sur les poubelles.
Direction le jardin public installé par l’association de Rima. Ballade dans le village.
Direction le jardin public installé par l’association de Rima. Ballade dans le village.
Rima discute avec un apiculteur qui lui explique qu’ici aussi les abeilles sont de moins en moins nombreuses. Ce n’est pas un bon signe pour l’environnement.
Rima discute avec un apiculteur qui lui explique qu’ici aussi les abeilles sont de moins en moins nombreuses. Ce n’est pas un bon signe pour l’environnement.
Le jardin réalisé sur un espace qui était à l’abandon.
Le jardin réalisé sur un espace qui était à l’abandon.
Ahmad qui montre où se trouve la parcelle pour les cultures biologiques.
Ahmad qui montre où se trouve la parcelle pour les cultures biologiques.
Les jeunes ont réinvesti le jardin ce qui rend heureuse Rima.
Les jeunes ont réinvesti le jardin ce qui rend heureuse Rima.
IL faut avoir une autorisation spéciale pour aller à Naqoura, au sud du Liban, dernier village avant la frontière avec Israël.
L’entrée de l’école publique de Naqoura.
La cour de récréation de l’école où l’on ne jette pas n’importe quoi, n’importe où.
Rima Tarabay dans une classe.
« Je demande aux enfants de convaincre leurs parents », explique Rima.
La salle informatique de l’école.
Les panneaux solaires sur le toit de l’école.
La mairie de Naqoura, seconde étape de la visite.
Réunion dans le bureau du maire.
Rima discute avec une personne de la mairie.
Direction la décharge municipale. Nous croisons des camions militaires qui font des manœuvres d’entraînement.
A la décharge, Rima observe comment le tri est organisé.
Ce serait plus simple que le tri soit fait à la source, dans les maisons. C’est la prochaine étape.
Rima et l’entrepreneur qui va acheter les déchets triés.
Une ancienne usine de traitement des déchets est abandonnée à quelques pas de la décharge. Qu’est-il possible d’en faire ? La réflexion est en cours.
Pendant que Rima et les habitants tentent de mieux nettoyer leur environnement, les militaires polluent les fonds marins en tirant pour leurs exercices.
Retour à la mairie pour le rendez-vous avec les jeunes. Comme partout, ils claquent la pause devant l’objectif d’un photographe qui accompagne Rima.
Les futures poubelles qui vont être installées dans le village pour faire le tri avant le ramassage.
Rima met au point les derniers détails.
Une étiquette qui sera installée sur les poubelles.
Direction le jardin public installé par l’association de Rima. Ballade dans le village.
Rima discute avec un apiculteur qui lui explique qu’ici aussi les abeilles sont de moins en moins nombreuses. Ce n’est pas un bon signe pour l’environnement.
Le jardin réalisé sur un espace qui était à l’abandon.
Ahmad qui montre où se trouve la parcelle pour les cultures biologiques.
Les jeunes ont réinvesti le jardin ce qui rend heureuse Rima.

Sources sonores

  • Rima visite une classe de l’école publique de Naqoura.

  • Rima explique pourquoi elle fait la tournée des classes.

  • L’école de Naqoura, une école 100% propre grâce au travail de l’association dont Rima est la présidente.

  • Rima explique la réunion qu’elle vient d’avoir à la mairie de Naqoura.

  • Petit contretemps en nous rendant sur la décharge publique. Rima explique pourquoi.

  • Pour faire tout ce travail, les bénévoles sont les bienvenus. C’est le travail d’Arnaud qui participe à la visite.

  • Ama est une spécialiste de l’environnement. Elle participe à la visite. Elle explique les problèmes engendrés par la mauvaise gestion des déchets au Liban.

  • La crise des déchets au Liban va avoir conséquences pour la population.

  • En se rendant au jardin public, Rima lance une campagne de nettoyage du village avec les jeunes, mais ce n’est pas facile de mobiliser.

  • Ahmad s’occupe des projets d’agriculture biologique. Il explique son travail.

  • Le téléphone nous a interrompus. Nous reprenons la discussion avec Ahmad.

Sources vidéo

Le dernier mot de Rima Tarabay