Sa majesté le cèdre du Liban

Publié le 29 janvier 2016

Magda Bou Dagher Kharrat est non seulement LA spécialiste des cèdres du Liban mais elle en parle aussi amoureusement. Elle répond aux d’Allan, Luis et Dimitri, du collège Victor Schoelcher de Champagney.

Développement durable et environnement

Le courriel est arrivé peu après 7h00 du matin.

Bonjour Alain, Pouvez-vous passer ce matin avant midi ? A tout à l’heure peut être. Magda

Magda est très occupée par les inscriptions pour la rentrée universitaire. Elle doit aussi se rendre en Grèce pour son travail. Bref, pas question de rater cette occasion de la rencontrer. Je saute dans un taxi pour me rendre au campus sciences et technologie de l’université Saint-Joseph.

Sources photographiques

C’est sous le cèdre de la place Sassine que je prends un taxi.
C’est sous le cèdre de la place Sassine que je prends un taxi.
Le campus des sciences et technologies est à l’extérieur de Beyrouth.
Le campus des sciences et technologies est à l’extérieur de Beyrouth.
Un peu de recul et de hauteur. C’est mieux pour parler des cèdres.
Un peu de recul et de hauteur. C’est mieux pour parler des cèdres.
De plus en plus d’arbres sur la route. Sans doute des projets de reforestation.
De plus en plus d’arbres sur la route. Sans doute des projets de reforestation.
Nous y sommes. Quelle chance ! Il fait beau.
Nous y sommes. Quelle chance ! Il fait beau.
L’entrée du campus.
L’entrée du campus.
Le campus des sciences et technologies de l’université de Saint-Joseph est un bâtiment moderne qui surplombe Beyrouth.
Le campus des sciences et technologies de l’université de Saint-Joseph est un bâtiment moderne qui surplombe Beyrouth.
Le bâtiment où travaille Magda.
Le bâtiment où travaille Magda.
Dans le bureau de Magda, des arbres ont poussé sur les murs en parpaing.
Dans le bureau de Magda, des arbres ont poussé sur les murs en parpaing.
La bibliothèque de Magda.
La bibliothèque de Magda.
Des ouvrages sur les arbres du monde entier.
Des ouvrages sur les arbres du monde entier.
Magda indique la principale zone où se trouvent les cèdres du Liban.
Magda indique la principale zone où se trouvent les cèdres du Liban.
Magda Bou Dagher Kharrat.
Magda Bou Dagher Kharrat.
C’est sous le cèdre de la place Sassine que je prends un taxi.
Le campus des sciences et technologies est à l’extérieur de Beyrouth.
Un peu de recul et de hauteur. C’est mieux pour parler des cèdres.
De plus en plus d’arbres sur la route. Sans doute des projets de reforestation.
Nous y sommes. Quelle chance ! Il fait beau.
L’entrée du campus.
Le campus des sciences et technologies de l’université de Saint-Joseph est un bâtiment moderne qui surplombe Beyrouth.
Le bâtiment où travaille Magda.
Dans le bureau de Magda, des arbres ont poussé sur les murs en parpaing.
La bibliothèque de Magda.
Des ouvrages sur les arbres du monde entier.
Magda indique la principale zone où se trouvent les cèdres du Liban.
Magda Bou Dagher Kharrat.

Sources sonores

  • Pouvez- vous vous présenter et nous expliquer pourquoi vous pouvez répondre à ce questionnaire ?

  • Quelle est la spécificité du cèdre libanais par rapport aux cèdres des autres pays ?

  • Combien de cèdres reste-t-il au Liban ?

  • Est-ce qu’on ne trouve que des cèdres au Liban ou y a-t-il d’autres arbres ?

  • Est ce que les cèdres sont protégés ?

  • Combien de temps vit un cèdre ?

  • Le bois de cèdre est-il exploité par des industries ? Si oui, dans quel but ?

  • Y a-t-il une politique pour sauver les cèdres du Liban ?

  • Le Liban peut-il encore prétendre avoir le cèdre comme symbole ?

  • Pourquoi le cèdre est-il devenu le symbole du Liban ?

  • Question bonus : et vous, comment en êtes-vous venue à vous intéresser au cèdre ?